L’homme qui n’a pas de nom

Il a le regard d’un enfant et les traits d’un adulte. A cinquante ans, il n’a pas encore quitté sa hutte, parce qu’il est constamment enveloppé dans une épaisse pénombre, entre quatre murs. Quel est son nom ? Il n’en a pas. Tout autour de lui était pourtant nommable, les hommes, les bêtes, les plantes et les objets.

 

On a voulu le nommer Belgacem, puis Ahmed, puis plus rien. L’enfant né infirme, les mains déformées, le cou inexistant, la silhouette malingre…fut rejeté par le père, malgré les supplications de la mère. On croyait qu’il ne survivrait pas à son mal. Alors, on renonça à l’inscrire au registre civil. Mais le destin déjoua les prévisions humaines et l’homme sans nom est orphelin des ses deux parents depuis déjà quarante ans.

L’homme sans nom ne marche pas, il rampe. Il ne parle, il marmonne. Il ne sait ni rire, ni pleurer. Il renifle fortement, la tête baissée comme pour contenir une émotion débordante.

 

Grâce aux soins de quelques âmes charitables, il ne vit pas à l’état bestial, mais comme une bête humaine, enfermé dans une pièce de fortune dans un coin reculé d’un verger investi d’arbustes sauvages, à la sortie sud du village.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Récits

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s