L’homme d’El Qods

Pendant trente ans d’absence, nul ne savait s’il était vivant ou s’il était déjà mort. Enfants, on nous disait qu’il était parti à El Qods pour combattre à côté des Palestiniens. Adultes, nous savions qu’il avait fui la justice après avoir cambriolé une maison de charité. L’image du héros de notre enfance céda la place à la figure impassible d’un brigand notoire, d’un bandit impitoyable, mystérieux et non moins fascinant.

Puis un jour, il retourna au pays, vieux, malade et solitaire. Il n’avait pour fortune que les récits de son aventure.

« La traversée du désert libyen, de brefs séjours au Caire et en Alexandrie et son arrivée à El Qods. Là, il réussit à fonder un foyer et à monter une épicerie dans un vieux quartier de la ville sainte. Puis au terme de vingt ans d’une vie relativement paisible, survient la guerre des six jours. L’armée israélienne envahit la ville. Son petit commerce s’effondre. Son fils unique meurt, accidentellement selon la version officielle, sous les balles d’un policier israélien. Sa femme entre dans un état de dépression aigue et quasiment permanent. C’était assez pour cet homme vivant le mal de l’exil. »

Il quitte cette terre désormais occupée et s’installe à Nice comme manœuvre dans une usine de fabrication de chaussures. Mais son visage basané, son statut d’immigré, son ignorance totale de la langue française l’ont conduit aux pires frustrations. Il décide alors de retourner à son pays. Là, dans cette terre de son enfance et de sa jeunesse, tout a changé, les hommes, les mœurs, les rues, et même la couleur du ciel. Et puis, lui, avec son accent de Charqui (l’oriental), il a le sentiment qu’il a certes changé de pays, mais pas son statut d’exilé. A tous ceux qui l’abordent et lui font toujours la même remarque sur son accent, il répond, « oui je viens de loin, je suis ici un exilé ». Mais c’est vrai qu’il n’a plus dans son pays natal ni parents, ni cousins, ni amis. Plus vrai encore : il n’a pu survivre longtemps à sa situation d’ « un exilé chez soi ».

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Récits

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s